André Tessier, anthropologue au Cégep Limoilou, nouvellement diplômé au doctorat en anthropologie

André Tessier, Pierre Maranda et Emmanuel Désveaux

André Tessier, à gauche, pose en compagnie de feu Pierre Maranda, anthropologue et professeur émérite à l'origine de son projet de recherche, et d'Emmanuel Désveaux, directeur d'études de l'EHESS et directeur de sa thèse

Le Cégep Limoilou compte dans ses rangs un nouveau docteur en anthropologie. André Tessier a soutenu avec succès, en décembre dernier, sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie. C’est sous la direction du réputé Professeur Emmanuel Désveaux de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris, qu’André Tessier a présenté sa thèse intitulée « Sport et masculinité : le cas de la culture du hockey senior au Québec ».

Ce n’est pas un hasard si André Tessier s’est intéressé au hockey pour ses études doctorales. Celui qui a, pendant près de 10 ans, agi à titre d’entraîneur-chef et adjoint, et de directeur gérant au sein du hockey senior AAA présentait déjà, dans les années 1990, son mémoire de maîtrise en anthropologie du sport sur la culture golfique du Royal Montréal et du Royal Québec.

Plus précisément, l’étude examine les rites et les rituels qui définissent le hockey senior. Dans ce monde de croyances et de symboles, quels sens donner à la chambre de hockey? Quels rôles jouent les rituels d’avant et d’après-match ou les partisans? En allant jusqu’à retrouver la naissance du sport chez les autochtones, l’auteur étudie les emprunts culturels. Il dresse aussi des parallèles avec l’expression des relations hommes-femmes et l’approche guerrière des sociétés traditionnelles. « Dans nos sociétés égalitaires, il n’existe plus de territoire exclusivement réservé aux hommes sauf… la chambre de hockey! Et encore! Si elle est toujours un endroit où se tissent des liens, où s’échangent des confidences, les femmes y ont maintenant en quelque sorte accès grâce aux téléphones cellulaires. » met en contexte André Tessier.

Fort de ce travail d’envergure, André Tessier constate déjà les impacts sur son enseignement : « J’ai nécessairement acquis une profondeur ethnographique et théorique. En comprenant mieux par exemple tous les emprunts culturels que les colonisateurs ont faits aux peuples autochtones, je suis en mesure de bonifier mes échanges avec les étudiants en leur présentant plusieurs exemples ». L’EHESS où André Tessier a réalisé ses études doctorales est un prestigieux établissement français ayant pour mission l'enseignement supérieur et la recherche en sciences sociales au sens large. Elle est un des établissements de l'Université Paris Sciences et Lettres, classée meilleure université de France selon le Times Higher Education World University Rankings. C'est un établissement dont l'entrée est sélective.

Josyka Levesque

Conseillère en communication

Direction des communications et secrétariat général


comments powered by Disqus

Partager cette page :