Karine Germain, enseignante-intrapreneure en Techniques de tourisme

Karine Germain

Karine Germain, enseignante-intrapreneure en Techniques de tourisme - DEC bilingue

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat (SME), en plus de mettre en lumière des étudiants-entrepreneurs et des étudiantes-entrepreneures, nous mettrons de l’avant également des enseignants-intrapreneurs et des enseignantes-intrapreneures. La première à se prêter au jeu? Karine Germain, enseignante-intrapreneure en Techniques de tourisme – DEC bilingue du Cégep Limoilou!

C’est principalement dans le cadre de deux cours de 3e année que la magie de Karine fait son effet. Dans le cours Coordination d’un événement touristique, les étudiantes et les étudiants doivent prendre en charge toutes les étapes de réalisation d’un événement. Défi supplémentaire : ils et elles sont en équipe de quatre et chaque semaine, ils occupent un rôle différent afin de les rendre plus polyvalents et polyvalentes. « Nous organisons plusieurs types d’événements, que ce soit gastronomique, ludique ou corporatif. Parmi les événements signature du programme, notons le Colloque touristique, qui en est déjà à sa 10e édition et qui rassemble chaque année dans une formule de réseautage des professionnels et des étudiants de tourisme, d’hôtellerie et de restauration », nous explique Karine.

Au sein du cours Projet de fin d’études, les étudiants et étudiantes doivent réaliser un projet de bonification de produits touristiques ou de leur commercialisation. Cette année, pour la première fois, ces derniers ont la chance de participer à un tout nouveau concept des plus concrets, soit le Laboratoire collégial d’innovation touristique, en collaboration avec le parcours Entrepreneuriat-études. « La sélection des projets sur lesquels les équipes vont travailler se fait lors d’un événement qu’on appelle le Reverse Pitch, qui a lieu à la suite d’un appel de candidatures auprès des entreprises touristiques. Celles-ci pitch des problématiques aux finissants de tourisme, qui devront en choisir certaines et les résoudre lors de la session d’hiver. Cette année, pour la première édition, nous sommes impressionnés de l’intérêt des entreprises. Nous avons reçu le double de propositions attendues. Nous sommes fiers de compter sur la participation d’entreprises d’ici, comme le Musée de la civilisation et le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), le Grand Marché de Québec, Cicérone Tours, Immersion Québec, Omnitour, Le Ricaneux, le Sentier des Caps de Charlevoix, et plusieurs autres», mentionne l’enseignante.

Karine et ses étudiants en visite à Montréal au MTLab, un incubateur de startups en tourisme

Karine et ses étudiants en visite à Montréal au MTLab, un incubateur de startups en tourisme.

Des bienfaits indéniables

Le principal avantage d’une approche pédagogique comme celle utilisée par Karine est sans contredit l’engagement des étudiantes et étudiants. « En leur offrant des projets concrets à réaliser, ils s’investissent davantage dans les tâches. C’est souvent dans l’application des notions théoriques vues précédemment qu’ils réalisent leurs acquis ou qu’ils constatent leurs lacunes. Devant ce constat, ils prennent rapidement en charge leur développement. L’appui des pairs est un bon moyen pour aider au codéveloppement. Les séances de coaching sur le suivi des avancements permettent aussi de recevoir des conseils pour améliorer les pratiques », nous explique Karine.

Les atouts d’un bon enseignant-intrapreneur

À un ou une collègue qui, comme elle, aimerait intégrer de la pédagogie entrepreneuriale dans ses cours, Karine conseille de ne pas avoir peur de la charge de travail supplémentaire, « les accomplissements des étudiants sont tellement extraordinaires que cela va au-delà de tous les sacrifices et des ajustements requis. Je suis tellement fière d’eux! Je ne reviendrais pas à une formule d’enseignement traditionnelle. Ces projets sont motivants pour mes groupes et pour moi aussi. Je trouve également que la présentation de leurs réalisations est une bonne vitrine pour démontrer leurs compétences aux gens de l’industrie. D’ailleurs, cela est généralement reconnu par les partenaires qui s’impliquent dans les événements et les projets. »

En conclusion, de l’engagement, de la passion et un sens de l’adaptation sont des qualités essentielles selon Karine afin de bien mettre en place des stratégies d’enseignement comme les siennes : « Puisque ce sont les étudiants qui prennent des décisions pour la production de leur événement, on leur laisse plus de contrôle sur le déroulement comparativement à un cours théorique où tout est décidé par l’enseignant. Il faut accepter que certains échecs soient bénéfiques dans l’apprentissage des étudiants. Il faut aussi comprendre que ce n’est pas l’enseignant qui organise les événements, mais les étudiants. La perfectionniste en moi a parfois de la difficulté avec le laisser-aller que cela implique, mais les résultats me prouvent que j’ai bien fait de leur faire confiance! »

Bravo, Karine, pour ces projets enrichissants et concrets!

Qu’est-ce qu’un enseignant-intrapreneur?

Une ou un enseignant-intrapreneur réalise un ou des projets permettant aux étudiants d’apprendre d’une manière plus concrète, en devenant maîtres de leur apprentissage. Il ou elle crée des liens avec différents intervenants de la communauté et permet ainsi de faire rayonner ses étudiantes et étudiants ainsi que l’établissement d’enseignement concerné.

comments powered by Disqus

Partager cette page :