Des enseignants-intrapreneurs au service de l’éducation scientifique!

Isabelle Picard et Alexandre Deschambault, enseignants de biologie du Cégep

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat, en plus de mettre en lumière des étudiants-entrepreneurs et des étudiantes-entrepreneures, nous mettrons de l’avant également des enseignantes-intrapreneures et des enseignants-intrapreneurs. Isabelle Picard et Alexandre Deschambeault, tous deux enseignants en biologie au Cégep Limoilou, répondent tout à fait à cette description!

C’est dans le cadre du cours Tribune scientifique, offert en Sciences humaines, profil Éducation, un profil unique dans la région, qu’Isabelle et Alexandre ont implanté un projet des plus concrets. Afin d’amener les étudiants et les étudiantes à être mieux préparés à enseigner les sciences et à mieux vulgariser des contenus scientifiques, ces enseignants et ces enseignantes ont décidé de leur offrir la possibilité de répondre à de vraies questions posées par des élèves du primaire. Mais ce n’est pas tout, les étudiants du Cégep doivent leur présenter en personne les réponses à leurs questions!

« Nous collaborons avec des classes de 3e cycle de l’École Freinet de Québec. À la rentrée des classes, les enseignants de ces élèves les divisent en équipes de deux et leur demandent de trouver deux à trois questions scientifiques à poser à nos étudiants. Nous nous déplaçons ensuite sur place pour les filmer alors qu’ils posent leurs questions. Ces questions sont ensuite présentées à nos étudiants, qui choisissent une question par équipe. Ils se filment à leur tour alors qu’ils se présentent et précisent à quelle question ils vont répondre. Ce montage est envoyé aux classes du primaire afin que les élèves sachent laquelle de leurs questions sera répondue. Ça crée déjà un lien avant même qu’ils se voient, et surtout ça responsabilise les étudiants, puisqu’ils savent que les jeunes attendent leur réponse avec impatience! » précisent Isabelle et Alexandre.

Les équipes ont ensuite un mois pour fournir leur réponse. L’intérêt de ce mois de préparation réside dans la recherche bibliographique qu’ils et elles doivent faire. « Alors qu’ils préparent leur présentation, les étudiants apprennent aussi à adapter leur vocabulaire à leur public cible. Cette démarche d’appropriation de savoirs scientifiques, ils devront eux-mêmes y recourir et même l’enseigner s’ils s’engagent dans l’enseignement. Vivre cette expérience la rend beaucoup plus concrète! », précise Alexandre. Et quelles sont ces questions que posent les élèves du primaire? « Qu’est-ce qui fait la couleur de nos yeux? Pourquoi arrête-t-on de grandir un jour? Comment une plante carnivore digère-t-elle sa nourriture? Pourquoi tous les singes ne sont-ils pas devenus des humains? Les enfants ont des questions pour lesquelles élaborer une réponse exige plus qu’une recherche dans Google, et c’est ça qui est intéressant. Même nous, en tant qu’enseignants, nous apprenons chaque année de nouvelles choses grâce aux questions que les élèves du primaire posent à nos étudiants », souligne Isabelle.

Vient enfin la journée du dévoilement des réponses. Les élèves se déplacent au Cégep afin de rencontrer les étudiantes et étudiants, qui ont préparé des kiosques afin d’expliquer la réponse à la question qu’ils ont choisie, et ce, à tous les élèves présents, pas seulement à ceux qui ont posé la question. Aux kiosques : des visuels, des tableaux, des jeux, des jeux-questionnaires et des échanges fructueux. « Nos étudiants peuvent ajuster leur discours selon le niveau de compréhension de l’élève qu’ils ont devant eux, ce qui les confronte donc à différents types d’apprenants! », renchérit Alexandre.

Enfin, même à la suite de l’activité, les répercussions se font encore sentir : « Les élèves du 3e cycle qui ont participé à notre activité entreprennent le même projet avec ceux du 1er cycle de leur école. Ils transmettent ainsi ce qu’ils ont appris! Du côté de nos étudiants, plusieurs ont pu confirmer dès leur première session collégiale si un avenir dans le secteur de l’éducation leur plairait. À la suite du projet, certains gardent des liens avec l’école participante ou d’autres aux alentours où ils peuvent être invités à venir donner du temps aux services de garde, à l’aide aux devoirs, etc. Ils continuent donc leur cheminement d’apprentissage sur le terrain! », concluent Isabelle et Alexandre.

Félicitations à vous deux pour ce projet des plus formateurs pour nos étudiants et nos étudiantes du collégial… ainsi que pour les élèves du primaire!

Qu’est-ce qu’un enseignant-intrapreneur?

Une ou un enseignant-intrapreneur réalise un ou des projets permettant aux étudiants d’apprendre d’une manière plus concrète, en devenant maîtres de leur apprentissage. Il ou elle crée des liens avec différents intervenants de la communauté et permet ainsi de faire rayonner ses étudiantes et étudiants ainsi que l’établissement d’enseignement concerné.

Catherine Dallaire

Conseillère en communication

Direction des communications et secrétariat général


comments powered by Disqus

Partager cette page :