Aujourd'hui le 27 février à compter de midi, toutes les activités sont suspendues sur nos trois campus pour la journée et la soirée en raison des conditions climatiques.

Amélie Côté, technicienne en diététique et passionnée du domaine hospitalier!

Amélie Côté, technicienne en diététique

Amélie Côté, technicienne en diététique.

Amélie Côté se passionne pour le domaine hospitalier. La santé des gens, elle s’en préoccupe depuis longtemps! C’est pourquoi elle a choisi de s’inscrire en Techniques de diététique au Cégep Limoilou. Pendant toute la durée de ses études, elle a tout d’abord occupé un poste de préposée aux Services alimentaires à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Ce poste lui a permis d’apprendre à connaître le fonctionnement du milieu hospitalier et à accumuler de l’ancienneté dans le réseau. Diplômée en 2019, elle travaille depuis ce temps au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, où elle cumule les fonctions de technicienne en diététique au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) et d’assistante-chef technicienne en diététique à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus.

«Au CHUL, je suis responsable des volets nutrition, gestion et achats. Concrètement, en ce qui concerne mes tâches en nutrition, cela veut dire que je dois aller voir les patients lors de leur admission à l’unité et leur faire remplir un questionnaire concernant leurs goûts alimentaires, et m’assurer qu’ils soient satisfaits de leurs menus. Je dois aussi dépister les cas de malnutrition ou d’autres types de problèmes. Je suis donc en quelque sorte les yeux de la nutritionniste sur le terrain!» explique Amélie.

Quant aux tâches qui relèvent davantage de la gestion, il s’agit surtout de s’assurer du respect des règles d’hygiène et de salubrité des aliments ainsi que plusieurs tâches de résolution de problèmes variés comme des bris d’équipements, de la nourriture non conforme ou un manque de nourriture lors du montage des plateaux destinés aux patients. De plus, en tant qu’assistante-chef technicienne, elle doit aussi faire la supervision du personnel, soit les cuisiniers et les préposés aux Services alimentaires, et voir à la réorganisation de certaines tâches lorsque certains employés s’absentent. Amélie est aussi responsable d’assurer l’approvisionnement des Services alimentaires, ce qui veut dire dresser les inventaires et faire les commandes auprès des fournisseurs, et parfois devoir faire des substitutions ou trouver d’autres solutions pour remplacer certains aliments.  

«Un des grands avantages du travail en diététique, c’est que nos horaires sont variés, sans toutefois devoir travailler de nuit ou faire des heures supplémentaires obligatoires. Il est possible d’avoir un horaire de travail concentré en début ou en fin de journée, et pour certains postes en particulier comme celui aux achats, on ne travaille jamais la fin de semaine, ce qui est très rare en milieu hospitalier.» explique Amélie.

Selon elle, cette profession exige beaucoup de polyvalence, surtout pour les postes de gestion qui nécessitent d’être capable de s’adapter rapidement et de trouver des solutions. Il faut aussi évidemment aimer travailler avec une clientèle malade qui a des besoins particuliers. Elle ne cache pas qu’il y a aussi une certaine part du travail qui peut parfois être routinier ou répétitif, sans pour autant que cela devienne ennuyant. «Il y a toujours des défis à relever, et mon travail me permet toujours de me dépasser et de me démarquer.»

La polyvalence de la profession fait en sorte que les tâches sont aussi très diversifiées : inventaire des stocks, saisie des commandes, visites des patients à l’unité, vérification de la courroie d’assemblage des plateaux, prise de température des aliments et des réfrigérateurs, suivis avec les fournisseurs, etc. Selon Amélie, cette diversité des tâches fait partie intégrante de la formation offerte au Cégep Limoilou.

«La formation en Techniques de diététique est très complète, nous devons faire un large éventail de cours en nutrition, en gestion et en contrôle de la qualité. Grâce à l’encadrement que nous recevons des enseignantes au département, nous devenons des techniciennes bien préparées pour le marché du travail. À la fin de mon parcours au Cégep, grâce à toutes mes connaissances acquises, je me sentais en pleine confiance de mes moyens! » Elle garde d’ailleurs un excellent souvenir de son séjour au Cégep Limoilou, surtout de l’équipe d’enseignantes motivées et des cours très intéressants qu’elle y a suivis.

Inscrite au baccalauréat en nutrition à l’Université Laval, Amélie souhaite continuer à travailler dans le domaine une fois son diplôme en poche, en tant que gestionnaire des Services alimentaires, et ce, toujours en milieu hospitalier.  Bonne continuation Amélie!

Rachelle Lanteigne

Conseillère en communication

Direction des communications et secrétariat général


comments powered by Disqus

Partager cette page :