Marie-Soleil Brault, étudiante en Créativité et médias, représentante du Cégep au Prix collégial du cinéma québécois 2018

Arts et lettres

Le jury 2018 du Cégep Limoilou au Prix collégial du cinéma québécois

Le jury 2018 du Cégep Limoilou, dont faisait partie Marie-Soleil Brault (première en bas à droite), qui est allée représenter l'établissement aux délibérations nationales.

Dans le cadre de la remise du Prix collégial du cinéma québécois, Marie-Soleil Brault, étudiante en Arts, lettres et communication - profil Créativité et médias, a été déléguée pour représenter le Cégep Limoilou lors des délibérations nationales, regroupant 54 cégeps, qui se tenaient les 23 et 24 mars dernier à Québec.

Elle faisait partie d’un jury du Cégep Limoilou, formé d’étudiants de 2e année en Arts, lettres et communication, profil Créativité et médias, qui devait évaluer les films en lice et choisir lequel le Collège devait aller défendre au jury national. L’équipe était supervisée par Pierre Blais, enseignant.

L’équipe du Cégep Limoilou a sélectionné Les Affamés de Robin Aubert comme grand vainqueur parmi les cinq films en lice. C’est ce film que Marie-Soleil est donc allée défendre aux délibérations nationales.

Les films sélectionnés étaient :

  • La résurrection d’Hassan, de Carlo Guillermo Proto;
  • Les affamés, de Robin Aubert;
  • Mes nuits feront écho, de Sophie Goyette;
  • Tadoussac, de Martin Laroche;
  • Le problème d’infiltration, de Robert Morin.

Aux délibérations nationales, c’est finalement Le problème d’infiltration de Robert Morin qui a remporté le grand prix.

Le Prix collégial du cinéma québécois

Le Prix collégial du cinéma québécois (PCCQ) est né d’un désir, celui de célébrer notre cinéma en le plaçant au centre des regards de la communauté collégiale. Que l’on soit cinéphile, curieux, méfiant ou que l’on ignore tout de ce cinéma, on est invité à la fête, pourvu que l’on soit prêt à quitter la position passive du spectateur anonyme pour dire ce que l’on a vu, critiquer, écouter les autres, comprendre, découvrir ; bref, pourvu que l’on ait le désir de voir le cinéma d’ici tel qu’il se présente : une parole authentique, originale, souvent audacieuse, parfois baveuse, et toujours lancée vers le public comme un besoin de communiquer. Le PCCQ est une invitation à rencontrer notre cinéma pour écouter ce qu’il a à dire, avec le bonus de pouvoir lui répondre!

Participer à ce Prix collégial du cinéma québécois est une belle aventure pour des collégiens qui étudient en Arts, lettres et communication – profil Créativité et médias!

Pierre Blais

Enseignant

Créativité et médias


comments powered by Disqus

Partager cette page :