24 juin 2024 - En ce jour de fête nationale du Québec, les campus de Québec, de Charlesbourg et des métiers d’art seront fermés. 

Génie mécanique, entrepreneuriat et agriculture: le parcours de William Leclerc

William Leclerc, diplômé en Génie mécanique, assis et souriant sur une transplanteuse à fraises conçue par son entreprise InnovaPlant

Alors qu’il étudiait en Techniques de génie mécanique au Cégep Limoilou, rien ne prédestinait William Leclerc à se lancer en affaires, dans le domaine agricole de surcroit! Ayant obtenu son diplôme d’études collégiales (DEC) en 2017, il a poursuivi ses études en génie mécanique avec concentration en entrepreneuriat technologique à l’Université de Sherbrooke (UdeS), où l’idée de développer un appareil permettant de faciliter la plantation de fraises a vu le jour. D’un simple projet étudiant, InnovaPlant est maintenant une jeune entreprise en démarrage, qui est devenu son gagne-pain à temps plein et celui de trois autres collègues de classe.

L'équipe d'InnovaPlant, entourant leur transplanteuse à fraises tirée par un tracteur

William Leclerc et l'équipe d'InnovaPlant

C’est lors d’entrevues terrain, dans le cadre d’un cours, que la problématique liée à la plantation de fraises lui a été présentée. La plasticulture, une méthode de culture innovante qui consiste à ajouter une toile de plastique sur les rangs, a fait en sorte que les transplanteuses ne sont plus adaptées pour les racines nues, qui coûtent jusqu’à deux fois moins cher que les racines en mottes. Le manque d’automatisation lors de la plantation fait en sorte que les producteurs doivent engager plusieurs travailleurs, souvent étrangers, pour accomplir cette tâche manuellement. Ces derniers passent de longues journées à quatre pattes, le dos courbé à planter les racines une à une, rendant la production difficile. Entre 2010 et 2018, près de 50 producteurs de fraises du Québec ont dû cesser leur exploitation, en raison notamment des coûts de production qui augmentent plus rapidement que les prix de vente. Mais grâce à l’appareil conçu par William et son équipe, il pourrait bientôt être beaucoup plus facile pour les producteurs de fraises de procéder à la plantation des racines.

Grâce à la transplanteuse d’InnovaPlant, qui permet d’automatiser en grande partie la période de plantation, la cadence par employé est triplée et les conditions de travail sont hautement améliorées. La machine, qui s’attache à l’arrière d’un tracteur, facilite l’adoption de la plasticulture, qui apporte plusieurs avantages. Cette méthode de culture permet de réduire de façon notable l’utilisation d’eau et d’herbicide, de contrôler les mauvaises herbes et d’offrir un rendement doublé.

La formation technique en génie mécanique du Cégep Limoilou a été d’une grande utilité pour William dans le développement du projet, surtout lors de la conception et de la fabrication de la machine. Il a pu mettre en pratique les nombreuses connaissances acquises et mettre à profit les expériences vécues lors de ses stages.

À la fin de l’été 2022, le prototype complet a été testé dans les champs, grâce à la collaboration de plusieurs producteurs qui offrent du soutien et qui appuient le développement du projet. Une dernière phase d’essais en champs est à venir cet été, à la suite de quoi il est prévu que les cinq premiers appareils soient fabriqués et vendus à des producteurs.

Pour la suite des choses, William et son équipe voient grand. « Notre produit peut s’exporter et s’adapter à d’autres cultures qui souffrent de problèmes similaires. On souhaite donc éventuellement offrir une gamme complète d’équipements servant à la production maraîchère et fruitière. »

 

Rachelle Lanteigne

Conseillère en communication

Direction des communications et du développement institutionnel