LA JOURNÉE DU CHANDAIL ORANGE : UNE EXPÉRIENCE HUMAINE AU CÉGEP LIMOILOU

Le 30 septembre dernier, le Cégep Limoilou participait à la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation et à la Journée du chandail orange (Orange Shirt Day), afin d’honorer et de soutenir ceux et celles qui ont survécu aux expériences et aux traumatismes subis dans les pensionnats ainsi que les personnes qui n’y ont pas survécu.

Les étudiantes et étudiants du cours Carnet de voyages ont choisi le programme Arts, lettres et communication, profil Langues parce qu’ils s’intéressent aux langues, de façon générale. Cependant, leur parcours dans l’apprentissage des langues n’est pas complet sans une éducation aux codes et aux réalités historiques et socioculturelles. Comme l’explique leur enseignante Muna Shafiq, « Nous sommes le produit de notre environnement, donc ce que nous apprenons, nous le reflétons. ».

Ainsi, chaque automne depuis plus de 10 ans, ce cours débute avec un volet sur les Premières Nations, et donc, une visite au Musée de la civilisation pour découvrir l’exposition permanente C’est notre histoire qui porte sur les Premières Nations, Inuit et Métis au Québec.

Tout comme l’année dernière, dans le cadre du même cours, les étudiants et étudiantes ont organisé une deuxième campagne de sensibilisation en lien avec la Journée du chandail orange. Parmi les actions pédagogiques du cours, ils ont participé à un concours d’affiches afin de bien agrémenter leur kiosque d’information lors de la tenue de l’événement. Ces outils pédagogiques ont permis de bien renseigner et sensibiliser la population du Cégep au sujet de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, ainsi que sur la Journée du chandail orange.

Le comité organisateur a également procédé à une collecte de fonds avec entre autres la vente de leurs fameux biscuits oranges. En plus des biscuits, des tatouages oranges ainsi que des bracelets confectionnés par deux étudiantes, Michela Abbate et Gabriella Gagnon, ont été vendus à la communauté.

Au total, 408 $ ont été amassés. Cette somme sera versée à l’organisme Orange Shirt Day pour soutenir ses activités éducatives et de commémoration.

Durant de la journée du 30 septembre, la lecture du nouveau conte pour enfants de Phyllis Webstad, Avec nos cœurs orange (2022), a été un moment bien spécial. « C’était un grand plaisir de lire cette histoire à notre plus jeune population au Cégep, soit les enfants de la garderie. Webstad est la source d’inspiration de la Journée du chandail orange, c’était donc un échange très significatif. » explique l’enseignante Muna Shafiq. En plus de la lecture, les enfants ont eu le plaisir de peindre des empreintes de leurs mains tout en couleur, un symbole de rassemblement souvent représenté dans l’art des Premières Nations.

Les rassemblements entre allochtones et autochtones sont des échanges des plus significatifs dans le processus de réconciliation. Deux événements marquent la façon dont cette campagne a commémoré l’importance de se rassembler.

Un match amical de volleyball auquel ont participé allochtones et autochtones a été organisé avec le Cégep Garneau. Cette joute a été possible grâce à une belle collaboration entre Jeanne Cyr-Forgues du Cégep Garneau et Séléna Frechette du Cégep Limoilou, toutes deux conseillères à la vie étudiante et au soutien des étudiantes et étudiants autochtones. Deux étudiants du cours Carnet de voyages, Simon-Pierre Lemieux-Godère et Nicolas Thouin ont participé.

Le deuxième événement rassembleur et fort en émotion fut la rencontre avec Yolande-Okia Picard. Conteuse de légendes et performeuse de chants traditionnels, madame Picard est Wendate de Wendake et du clan du Loup ainsi qu’ancienne diplômée du Cégep Limoilou. Sa présence, sa sagesse, ses histoires, et ses chants ont créé un véritable moment de rapprochement pour toutes les personnes présentes, émouvant même quelques personnes jusqu’aux larmes.

En voici quelques témoignages :

« J’ai beaucoup aimé écouter les chants traditionnels et les légendes de Yolande Picard. Je me suis senti inspiré et j’ai beaucoup apprécié le moment.» — Simon-Pierre Lemieux-Godère

« J’ai assisté à la conférence et honnêtement, c’était très profond. Elle voulait nous partager sa culture à travers ses histoires et elle a réussi. C’était émouvant on pouvait se faire des images tellement elle racontait bien les légendes. C’était vraiment beau ! » ‑ Maude Arseneault

« J’ai beaucoup apprécié la rencontre, les histoires étaient intéressantes et je ne me suis pas ennuyée du tout pendant tout le long de la rencontre. J’ai aussi aimé qu’elle nous joue des instruments traditionnels d’où elle vient. » Joanie Bélanger

Pour terminer cette journée en beauté, le comité organisateur a procédé au tirage de dix chandails oranges dessinés par Timothy Foster, artiste Gitxsan de la maison de Niisto du clan Lax Seel.

Puis, ils ont conclu le tout avec une photo de groupe rassemblant étudiantes et étudiants ainsi que membres du personnel du Cégep.  (Photo prise par le Service audiovisuel du Cégep.)

 

Un grand remerciement aux étudiantes et étudiants bénévoles du cours Carnet de voyages :

Comité de préparation des biscuits : Mégan Tremblay, Maude Areseneault, Camie Nadeau, Alexe Lemieux, Audrey-Anne Roy, et Nicolas Thouin

Comité emballage des biscuits : Maryse Belley, Sarah-Elyse Plante, Hanzo Pichette, Michela Abbate, Lauranne Mathurin.

Comité décorations et ventes : Camie Nadeau, Mégan Tremblay, Maude Arseneault, Alexe Lemieux, Noémy Lavoie, Joanie Bélanger, Gabriella Gagnon.

Activité avec les enfants de la garderie : Maryse Belley, Noémy Lavoie.

Activité de Volleyball : Simon-Pierre Lemieux Godère et Nicolas Thouin.

 

Différentes photos des activités

Muna Shafiq

Enseignante

Langues modernes

Muna Shafiq, PhD, spécialiste en littérature, est enseignante en Arts, lettres et communication, profil Langues. Elle enseigne particulièrement les cours Carnet de voyage (français et anglais) et certains cours d'anglais de la formation générale. Lors de ses recherches, Mme Shafiq s'intéresse surtout au bilinguisme au Canada, à la communication et aux compétences interculturelles ainsi qu'à la valeur de vivre dans une société multilingue et multiculturelle.