Les produits cosmétiques : fonctions, compositions et dangers

produits cosmétiques

Les cosmétiques sont bien évidemment le résultat de réactions chimiques dont les produits obtenus présentent des caractéristiques avantageuses pour permettre aux consommateurs de garder une bonne hygiène, d’avoir un meilleur teint, de dégager des effluves agréables ou bien d’entretenir une peau bien hydratée. Cependant, il n’est pas rare que le consommateur soit seulement informé des effets positifs des produits qu’ils utilisent et non des effets négatifs. Est-ce que les gens utiliseraient les produits cosmétiques de la même façon et à la même fréquence s’ils étaient au courant des potentiels dangers que ces produits représentent pour eux? En effet, la santé du consommateur est compromise par l’entremise de la présence de produits chimiques non règlementés dans les cosmétiques tel le Siloxane, soit un produit qui interfère au bon fonctionnement du système endocrinien de l’homme et qui est potentiellement cancérogène. Bref, en ayant un peu plus d’information sur le sujet, l’usage de produits cosmétiques biologiques ou du moins l’usage de produits qui ne représentent pas de danger pour la santé sont des options à considérer.

Introduction

Utilisés quotidiennement, les produits cosmétiques sont en fait une catégorie générale qui englobe les produits d’hygiène corporelle, les produits de beauté tels le maquillage, les parfums et les produits relatifs aux soins de la peau. Chacun de ces produits a des fonctions différentes qui aux premiers abords ne semblent représenter aucune menace pour leur utilisateur. Pourtant, sommes-nous vraiment au courant de la composition des produits dont nous faisons usage? Les produits chimiques qui se retrouvent dans les cosmétiques sont parfois néfastes pour la santé de l’homme. En effet, certains produits peuvent, entre autres, être absorbés par la peau et se retrouver à l’intérieur de notre organisme et le consommateur n’est souvent pas au courant de l’impact sur sa santé de ces composés chimiques. Il est donc nécessaire d’être mieux informé par rapport au produit que nous utilisons pour le bien de notre santé.

Produits hygiéniques

Les savons débarrassent notre peau des odeurs corporelles et de la saleté accumulée de toute une journée. De la sorte, ils retirent l’excès de sébum, une couche lipidique sécrétée par les glandes sébacées et libèrent ainsi nos pores de peau. Il faut toutefois porter attention aux savons puisque certains rendent la peau sèche et retirent complètement cette couche lipidique qui a pour rôle de protéger notre peau.

Bien qu'elle paraisse simple et mécanique, l’action de se laver est le résultat d’un processus chimique. À l’échelle moléculaire, on observe que les savons comprennent des tensioactifs, composés qui abaissent la tension superficielle entre deux surfaces. La tension superficielle de l’eau est définie comme étant la force d’attraction entre les molécules d’eau présentes à sa surface. Ces molécules n’interagissent pas facilement avec d’autres. Elles ont une queue hydrophobe, qui n’aime pas l’eau, et une tête hydrophile, qui aime l’eau.  Au départ, l’eau n’a pas la propriété de mouiller. La cohésion entre ces molécules est trop forte. Les tensioactifs dans le savon agissent en abaissant la tension superficielle à la surface de l’eau en dirigeant leur tête (la partie hydrophile) vers l’eau. Cela permet à l’eau de s’étaler. Les molécules tensioactives vont se regrouper entre elles dans l’eau en micelles. Lors de la formation des micelles, les queues hydrophobes et lipophiles s’alignent vers les corps graisseux. Tandis que les têtes hydrophiles, elles, s’alignent vers l’eau. Ce qui forme des micelles autour des saletés accumulées sur notre peau. Emprisonnés, les corps graisseux se verront éliminer tout comme l’eau et le savon lors du rinçage d’où le pouvoir détergent du savon. Les molécules tensioactives sont également la cause des bulles. La fine couche d’eau qui recouvre cette bulle d’air est renforcée par leur présence.

À notre insu, certaines molécules sont « glissées » dans le savon ou dans nos autres produits hygiéniques lors de leur fabrication. Notamment, on y retrouve le Triclosan, une molécule néfaste pour la faune et qui perturbe notre système endocrinien. Également, il y a le Sodium Laureth Sulfate qui est une molécule potentiellement cancérigène. Non règlementée au Canada, cette molécule est dite persistante c’est-à-dire qu’elle s’accumule sur les pores de notre peau. 

Maquillage

Utilisé principalement pour créer un teint d’une couleur plus uniforme et afin de couvrir et masquer les imperfections de la peau, le fond de teint est la base du maquillage.

Il se présente sous plusieurs compositions différentes. On en retrouve à base d’huile minérale et de crème hydratante, d’alcool, de poudre minérale, d’eau ou de silicone. Bien que les bases diffèrent, certains ingrédients sont récurrents dans leurs compositions. Outre les pigments de couleurs extraits de minéraux et l’eau, la glycérine, le butylène glycol, le cyclopentasiloxane, le cyclohexasiloxane, le diméthicone, le dioxyde de titane, le phénoxyéthanol et le mica sont des ingrédients communs à bien des produits. La glycérine est un agent hydratant. Elle augmente la teneur en eau dans la peau et l’adoucit. Tout comme le butylène glycol, elle agit également comme un agent humectant c’est-à-dire une substance dont la fonction est de maintenir la teneur en eau sur la peau. La plupart des fonds de teint contiennent également des silicones, en des proportions pouvant varier. Ces silicones se présentent dans la liste des ingrédients sous les noms de cyclopentasiloxane, cyclohexasiloxane et diméthicone. Ils ont pour fonction d’adoucir et assouplir la peau. On retrouve ensuite le dioxyde de titane qui est utilisé pour rendre le fond de teint plus opaque et également pour former une protection contre les rayons UV du soleil. Le phénoxyéthanol est utilisé, quant à lui, comme agent de conservation. Il empêche le développement des micro-organismes dans le produit. Finalement, on retrouve fréquemment le mica qui rend aussi le fond de teint plus opaque.

Bien que les substances énumérées ci-dessus soient largement utilisées dans la composition des fonds de teint, certains d’entre eux comportent des risques pour la santé. D’abord, les silicones dont l’appellation se termine par « -siloxane » ont été classés comme toxiques et nocifs pour l’environnement et la faune marine par Environnement Canada. L’Union européenne a également conclu que ces substances avaient un effet néfaste sur le système endocrinien et pouvaient interférer sur la fertilité. Le dioxyde de titane, quant à lui, a récemment été déclaré cancérogène par le Centre international de recherche sur le cancer. De plus, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a associé au phénoxyéthanol des risques pour le système reproducteur. Les effets à long terme n’ont toujours pas été démontrés.

Les parfums

L’odeur unique de chaque parfum leur est conférée par la présence d’huile essentielle ou de composés aromatiques. Étant généralement des composés très volatils, ils peuvent facilement être humés par une personne à proximité d’une autre personne qui porte un parfum. Lorsque nous parlons de parfum, d’eau de toilette ou d’eau de cologne, nous pensons à tort de parler d’une seule et même chose. En parfumerie, il faut savoir que le pourcentage d’essence présent dans le mélange odorant lui est propre et caractéristique. Une eau de toilette contient entre 7-12% d’essence tandis qu’une eau de cologne contient 4 -6 % d’essence. Il faut aussi distinguer l’eau de parfum qui contient 12-20% d’essence. Toutefois, notre manque d’information combiné au mauvais contrôle du gouvernement nous amène à utiliser des parfums qui comportent des produits chimiques ayant des effets dévastateurs sur notre santé. En effet, les parfums ne contiennent pas seulement des essences pour leur associer une odeur agréable et permettre à son utilisateur d’avoir une odeur agréable. Il contient aussi, dans plusieurs cas, des phtalates et des muscs synthétiques. D’une part, le phtalate est une substance ajoutée aux fragrances pour prolonger l’odeur. Il est aussi possible d’identifier les phtalates sous le diethyl phtalates (DEP). Cette molécule est possiblement un perturbateur endocrinien, d’autant plus qu’elle pourrait être responsable de l’altération du bon développement du fœtus ou des jeunes enfants. Une fois métabolisés, les phtalates sont retrouvés sous leur forme monoester (MEP) et des concentrations impressionnantes selon de récentes études sont retrouvées dans l’urine de l’homme. Il est aussi possible de croire que les phtalates altèrent la fertilité chez l’homme. Malheureusement, le Canada n’impose aucune restriction par rapport aux phtalates lorsque son usage est impliqué dans la fabrication de cosmétique. Pourtant, six formes de phtalates, dont les phtalates de diéthylhexyl (DEHP), sont interdites dans la fabrication de jouets pour enfants et dans les articles de puériculture en vinyle souple.

Aussi, les muscs synthétiques sont des composés aromatiques industriels utilisés pour remplacer les muscs naturels qui sont beaucoup plus coûteux. Les muscs synthétiques se divisent en trois gros chimiques distincts : les muscs nitrés, les muscs polycycliques et les muscs marcocycliques. Les muscs nitrés qui sont encore d’importance de nos jours sont le musc xylène (MX) et le musc Ketone (MK). De plus, il est possible de noter la présence accrue de muscs polycycliques telles la galaxolide (HHCB) et la tanalide (AHTN) dans le marché européen. Les muscs synthétiques sont des substances persistantes, il est donc très difficile de les faire disparaitre de notre environnement une fois qu’ils se retrouvent en contact avec ce dernier. Ce type de molécule comporte un danger, car elles ont tendance à s’accumuler dans les tissus des vivants et elles peuvent entre autres contaminer le lait maternel. De plus, il existe de plus en plus de preuves qui soutiennent que certains muscs nitrés et muscs polycycliques utilisés dans les parfums sont capables, soit directement ou une fois métabolisés, d’interférer avec le système hormonal chez les poissons, les amphibiens et les mammifères. Greenpeace à mener une étude en analysant 36 fragrances présentes sur le marché européen, notamment des fragrances Puma et Calvin Klein. Sur la totalité des échantillons, 34 comportaient des phtalates, dont majoritairement des DEP, jusqu’à concurrence maximale de 2,2 % du poids de l’échantillon. En ce qui concerne la présence de muscs synthétiques, l’étude a révélé que les échantillons analysés contenaient des quantités étant parfois indétectables jusqu’à des quantités maximales de 9,4 % du poids de l’échantillon. La présence étant indéniable de ces composés chimiques dans les parfums commerciaux, il est donc primordial de porter une attention particulière à la composition des cosmétiques que nous utilisons. Malheureusement, il reste difficile d’éviter les produits cosmétiques contenant de tels composés chimiques puisque les fabricants inscrivent rarement sur les emballages de leurs produits que ces derniers contiennent des phtalates ou des muscs synthétiques.

Soins pour la peau

Plusieurs types de soins pour la peau offerts sur le marché se retrouvent sous forme de crème. Nous avons séparé celle-ci en trois catégories : les crèmes hydratantes, antiacnées et antirides. D’abord, on utilise la crème hydratante lorsque l’eau contenue dans notre épiderme s’évapore ou que le contact répété avec des substances irritantes provoque une perte de lipides qui va causer une diminution de la fluidité membraneuse cellulaire. Les crèmes hydratantes permettent la réhydratation en restaurant le film hydrolypidique, qui a pour but d’empêcher l’évaporation de l’eau contenue dans l’épiderme. Mais puisque ce film peut s’endommager avec le temps, il est bon d’utiliser une crème hydratante quotidiennement. Quant aux crèmes pour l’acné, elles réduisent la quantité de sébum produite par la peau pour diminuer la croissance de l’acné puisque celle-ci est majoritairement causée par l’excès de sébum. En ce qui concerne les crèmes antirides, elles servent à combler la perte de collagène qui cause ces fameuses rides.

Un composé que l’on retrouve souvent dans les crèmes hydratantes et antirides est le silicone, un produit présent aussi dans les fonds de teint (ou composé de la même famille souvent finissant par -cone). On l’ajoute principalement aux crèmes pour les rendre plus faciles à étendre et moins collantes. Par contre, ce composé a tendance à former une mince couche sur la peau qui peut boucher les pores et donc empêcher notre peau de respirer convenablement.

Pour ce qui est des crèmes pour l’acné, l’alcool est fréquemment utilisé pour sa propriété desséchante qui permet de réduire la quantité de sébum qui atteint le bouton. De plus, il permet de conserver les produits plus longtemps. En revanche, ce composé fragilise l’épiderme et perturbe le film hydrolipidique de la peau si on l’applique trop souvent au même endroit sur la peau. En plus, puisque l’alcool est un composé fortement volatil, il nous offre une fausse sensation de fraîcheur puisqu’en s’évaporant, il apporte avec lui quelques molécules d’eau.

Enfin, un composé que l’on peut retrouver dans plusieurs types de crèmes dus à ses grands avantages est la glycérine. Cette substance est normalement produite naturellement par la peau et constitue l’articulation principale des phosphoglycérolipides, qui est le principal constituant de la membrane cellulaire. Et donc l’ajout de glycérine permet de détendre notre peau et de l’hydrater, comme mentionné précédemment.

Puisque certains produits hydratants bouchent les pores de la peau causant alors des boutons et que les produits antiacnés assèchent la peau. Les compagnies s’autosuffisent. C’est l’une des problématiques de cette industrie. Ils créent des produits réglant un certain problème, mais en même temps ces produits peuvent en créer d’autres. Ce qui oblige le consommateur à acheter de nouveaux produits, ainsi de suite. C’est un cercle vicieux.

Conclusion

En conclusion, les produits cosmétiques font partie de nos vies quotidiennement. Malheureusement, les gens sont seulement au courant des effets positifs des cosmétiques et non des effets négatifs. Certains produits contiennent des ingrédients chimiques dangereux pour la santé. Il est donc important de toujours bien regarder les ingrédients présents dans les cosmétiques pour être conscient de leurs effets. De plus, quelques alternatives peuvent réduire les impacts néfastes des cosmétiques sur la santé des gens. Effectivement, le consommateur peut opter pour des produits biologiques ou d’origine végétale. Des cosmétiques à base de cire d’abeille peuvent représenter une alternative intéressante lorsqu’il est question de rouge à lèvres sachant qu’une femme peut ingérer l’équivalent de 4 tubes de rouge à lèvres au cours de sa vie. Aussi, il est important de favoriser l’usage de produits sans parfum, car ce sont des additifs dangereux comme mentionnés précédemment. Bref, l’industrie des cosmétiques préconise souvent son enrichissement plutôt que la santé du consommateur. Il est possible de croire qu’en étant mieux informé, les choix du consommateur seront positivement influencés ou le consommateur sera du moins au courant des risques qu’il prend.


Consulter la fiche bibliographique

Marie-Laurence Lebreux, Caroline Auger, Maude Lauzon, Lidia Cattaruzzi et Lisanne Sylvestre
Chimie
Étudiants
comments powered by Disqus