Quelle est la place du français au Québec aujourd'hui?

Affiche francophonie

Soulignée à travers le monde tous les 20 mars, la Journée internationale de la Francophonie rassemble l’ensemble des communautés francophones autour d’un même thème: la langue française, que nous partageons avec plus de 200 millions de personnes. L’an dernier, nous nous sommes intéressés aux variétés régionales et internationales du français. Cette année, puisque le Canada célèbre ses 150 ans, je vous invite à réfléchir sur l’histoire et la place du français sur notre continent.

Au Carrefour de l’information, vous trouverez une exposition d’ouvrages et de documentaires sur ce sujet. Pour vous donner l’envie d’aller y faire un tour, je vous présente ici les grandes lignes de l’histoire du français au Québec, tirées de l’ouvrage du Conseil supérieur de la langue française Le français au Québec – 400 ans d’histoire et de vie (2008), faisant partie de l’exposition. Le sujet est abordé selon quatre grandes périodes, balisées principalement par le statut de la langue française sur le territoire.

Le français : un statut royal (1608-1760)

C’est à cette époque qu’arrivent et s’installent de nombreux colons issus de la France sur notre territoire; au fur et à mesure qu’on découvrait le Nouveau Monde, on a attribué des noms français à plusieurs lieux du territoire nord-américain. Bien que la présence de l’anglais commence à se faire sentir – Québec a été anglaise durant trois ans après l’attaque des frères Kirke en 1629 –, le français se déploie dans la vallée du Saint-Laurent. Dans les années 1660, soutenue par Louis XIV, la venue des Filles du roi a joué un rôle important dans la prise en importance de la langue française.

Le français, langue sans statut (1760-1850)

À la suite de la guerre de la Conquête, l’Angleterre tente d’imposer l'anglais à tous, ce qui s’avère difficile : la population ne comprend que le français et met en place de nombreuses résistances. Malgré d’importantes tentatives d’assimilation et en dépit de l’Acte d’Union de 1840, qui bannissait la langue française, le français demeure : d’abord dans les campagnes et par le clergé, puis à travers les tribunaux et les députés.

Le français : un statut compromis (1850-1960)

C’est au début de cette période qu’est signé l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (la Confédération canadienne), en 1867. La langue française y obtient un véritable statut juridique et politique, mais l’anglais continue de prendre de l’importance, notamment dans le monde du travail et dans l’arène politique, faisant du statut du français un statut compromis. Cependant, malgré son manque de reconnaissance, le français demeure : la littérature et les sciences sociales ont produit des écrits qui en témoignent largement.

La reconquête du français (1960-2000)

Commençant en pleine Révolution tranquille et passant par la Loi sur la langue officielle (Loi 101, 1977), cette période marque la reconquête du français au Québec : cette langue s’impose dans le travail, les affaires et l’enseignement. Les francophones du Québec cherchent à s’émanciper, délaissant le terme Canadiens-français pour celui de Québécois. Au fur et à mesure qu’avance cette période, ils deviennent plus ouverts et inclusifs des autres langues : le terme Québécois, qui leur était réservé, englobe aujourd’hui l’ensemble des citoyens du Québec.

À la suite de ce bref rappel de l’histoire du français au Québec, je vous invite à discuter de la situation du français dans la province et dans la région. Dans la section Commentaires, vous pouvez répondre à cette question : Quels sont les enjeux concernant la place et l’importance de la langue française au Québec? En y répondant, vous courez la chance de gagner l’un des dix prix que nous ferons tirer à la fin de la semaine! 


Pascal Riverin
Conseiller pédagogique à la valorisation de la langue
Service de référence linguistique
comments powered by Disqus