Les poèmes des gagnants du concours Recueil intercollégial de poésie

Vieux livre

C'est avec un immense plaisir que nous vous dévoilons les trois gagnants du concours intercollégial de poésie 2015. Les gagnants verront leurs poèmes publiés dans le recueil intercollégial Pour l’instant.

Ce concours est organisé en collaboration avec le Réseau intercollégial des activités socioculturel (RIASQ) et le Collège Ahuntsic. Cette année, cinq étudiantes et étudiants du campus de Charlesbourg et du campus de Québec ont soumis des poèmes tous très intéressants. Félicitations à tous les participants!

Alcool versifié

Par Jimmy Jean

Un vers clair et ambré,
Au palais est entré.
Un goût pleinement vivant
Dans sa bouche est ancré.

Élégant, accoutré de glace,
De sa chaleur, emplit la place
Et les gens, regardant leur argent,
Gardent leur malheur en suivant ses traces.

Ce vers, à l’intérieur agité,
Ne sème guère de sages idées
Mais si attrayant, qu’en parlant et riant,

Les gens, réchauffés, savent le vider.
Élément étant indispensable au bal :
Le bonheur de chacun reste semblable au mal.

Le misanthrope

Par Louka Morin-Tremblay

Porté vers l’émanation d’une porte grinçante
Où lumière n’est qu’un tout traversant l’âme
Vous descendez du halo avec cette allure frémissante
Annonçant le désespoir pour cet être infâme

Beauté digne des lignées royales d’outremer
Une chevelure dorée bouclant aux oreilles
Décorée de la soie nuptiale à parure d’hiver
Sans oublier l’émeraude de ses prunelles sans pareilles

Clairons et violons chantent la douce journée
Les bouquets parsèment les colonnes de l’allée
Narcisses et pétales de roses sillonnent à vos pieds
Tendre Véronique, vos songes sont arrivés

Vous mariez l’homme au sang noir
Malgré la certitude de mon désespoir
Vous prenez l’anneau d’une union vorace
Celle qui marquera l’histoire de notre race

Pourtant l’amour n’est pas idyllique
Je vous aime, magnifique que vous êtes
Je vous chéris, sublime Véronique
Mes paroles vont plus loin que ses sornettes

Comparée aux champs de blé du pays
Aux brises rafraîchissantes des promenades
Des amours charmants faits en catimini
Ainsi qu’aux plus belles des sérénades

Vous êtes l’ange vespéral
Celle dont l’auréole est bucolique
Les ailes à l’envol de cristal
Dirigées par votre doigté balsamique

L’appel de mon cœur pourrait changer le temps
Ralentir la douleur que provoque cet instant présent
Mais ce rêve n’agit qu’en psychotrope
Puisque je ne suis, pour vous, qu’un misanthrope

Lumière

Par Lucile Goddaert

Lumière qui brûle,
Lumière qui hurle,
Lumière qui dort,
Lumière du port.

Lumière qui croit,
Lumière qui doit,
Lumière qui voit,
Lumière de soie.

Lumière qui crie,
Lumière qui suit,
Lumière qui vit,
Lumière ravie.

Lumière de Lune,
Lumière des dunes,
Lumière de plume,
Lumière j’allume.

Lumière dans l’ombre,
Lumière du nombre,
Dans la pénombre,
Je croise ton ombre.

Lumière de celle,
Lumière de telle,
Lumière de quelle,
Lumière c’est elle.

comments powered by Disqus