Dénoncer pour se libérer

Symbole femme

Dans le cadre de notre projet d’intervention du cours Démarche d’intégration en sciences humaines, nous avons décidé de créer un forum anonyme pour les femmes victimes d’abus sexuels. Tout au long de la session, nous nous sommes renseignés à ce sujet et nous avons remarqué que les victimes n’avaient aucun moyen de communiquer entre elles anonymement afin de s’aider dans leur processus, qu’il soit juridique, médical ou personnel. C’est pour cette raison que nous avons créé un forum, pour qu’elles puissent se confier sur leur histoire et poser des questions.

Nous nous sommes penchés sur cette problématique, car les chiffres reliés à celle-ci sont très inquiétants. Selon le ministère de la Santé publique, 82 % des agressions sexuelles sont commises sur des femmes et une femme sur 3 aurait vécu une situation d’abus sexuel depuis l’âge de 16 ans. De plus, près de 90 % des cas ne sont pas dénoncés à la police et 8 femmes sur 10 connaissent leur agresseur.

Ces évènements ont un impact majeur sur la santé psychologique et physique des victimes. Parmi ceux-ci, les plus fréquents sont la dépression, une baisse importante de l’estime de soi, une image de soi très fragile et une incapacité à créer des liens intimes avec de nouvelles personnes. Les personnes qui refusent de parler de leur expérience et de leur traumatisme se retrouvent ensuite avec un stress constant qui peut avoir un impact direct sur les relations familiales, professionnelles et sociales.

C’est pourquoi il est important d’en parler, soit avec des professionnels ou avec des proches. Nous sommes conscients de la difficulté à s’ouvrir aux autres sur ce sujet très délicat et souvent sous-estimé et c’est la raison d’être de ce forum.

Nous espérons donc vous apporter un support supplémentaire pour vous aider à traverser cette épreuve. Nous vous invitons à visiter le lien qui suit en espérant que notre forum vous sera des plus utiles.

Participer au forum anonyme pour les femmes victimes d'abus sexuels


Rosalie Drouin, Ariane Savard et Antoine Racine
Sciences humaines
Étudiants
comments powered by Disqus