Les entreprises deviennent les classes des futurs technologues en génie industriel du Cégep Limoilou

Une subvention de 120 000 $ permettra aux futurs technologues en génie industriel du Cégep Limoilou d’être formés directement en entreprise. Dès l’automne 2017, les nouveaux étudiants en Technologie du génie industriel recevront un minimum de 25 % de leur formation en milieu de travail.

Une expérience témoin

Ce projet pilote intéresse au plus haut point le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur qui entend soutenir les collèges dans la mise en place de formules pédagogiques novatrices permettant aux étudiants de faire une partie de leurs apprentissages dans un environnement de travail.

L’apprentissage structuré, une innovation pédagogique au cœur des apprentissages

Les objectifs du projet porté par le Cégep Limoilou sont de bonifier de manière significative l’offre de formation en l’adaptant aux réalités du marché du travail, d’expérimenter le génie industriel dans un environnement réaliste en tenant compte de tous les aspects de ce domaine sur le terrain ainsi que de faire des diplômés de cette formule des travailleurs plus autonomes, plus responsables et mieux préparés à intégrer le marché du travail.

Rémy Bédard, le coordonnateur du programme explique que «  notre projet s’inspire de la théorie de l’apprentissage expérientiel de David A. Kolb. Selon lui, un apprentissage expérientiel efficace requiert un engagement délibéré dans une expérience. Ainsi, les bénéfices de l’apprentissage intégré au travail ne découleraient pas implicitement du travail comme tel, mais résulteraient plutôt de l’intégration de la théorie et de la pratique facilitée par le biais de l’expérience de travail structurée. »

L’apprentissage structuré permettra donc aux étudiants d’expérimenter la technologie du génie industriel dans un environnement réaliste en tenant compte de tous les aspects : gestion du changement, outils spécifiques, contraintes de production, contraintes d’organisation, etc. De plus, alors que l’approche académique en milieu scolaire oblige d’aborder les thèmes de façon séquentielle, l’apprentissage structuré en entreprise amènera l’étudiant à constater plus facilement l’ensemble des interrelations entre les différents domaines propres au génie industriel.

À la formation en entreprise, dispensée tout au long des trois années d’études requises, s’ajoutent également les 34 semaines de stages en Alternance travail-études (ATE) déjà en place au sein du programme. La profession de technologue en génie industriel étant actuellement en forte demande, cette formule axée sur les compétences acquises en milieu de travail devient encore plus concrète pour les étudiants qui en bénéficieront. L’accueil est déjà très positif dans les entreprises approchées pour soutenir le projet.


Catherine Dallaire
Conseillère en communication
Direction des communications et secrétariat général
comments powered by Disqus