Les enseignants de l’École nationale de lutherie à l’honneur!

Couverture magazine Quatre-temps

La revue des amis du Jardin botanique de Montréal, Quatre-temps, dans son édition d’hiver nous parle de plantes et de musique. En effet, « les plantes [sont] à l’origine d’une grande diversité d’instruments. »[1] L’équipe de luthiers qui enseigne au DEC en Techniques de métiers d’art a retenu l’attention et deux articles font honneur à Rémi Rouleau, enseignant, et Richard Compartino, collaborateur, à l’École nationale de lutherie.

En premier lieu, le texte Le violon indigène, écrit par Binh An Vu Van, parle de Richard Compartino et de Rémi Rouleau qui utilisent du bois canadien et québécois pour construire leurs instruments, une pratique rare dans le métier. Dans un deuxième temps, l’article À la recherche du bois de résonance, écrit par Rémi Rouleau, montre comment un luthier choisit ses arbres à violon et les transforme pour devenir ces instruments de musique.

« Il pourrait naître au Québec une crémone – Une mecque de la lutherie. Les matières premières sont là. Le talent y est, à condition d’y investir efforts et ressources, rêve le luthier Richard Compartino ».[2]

Pour lire les articles

« Le violon indigène » : http://www.ecolenationaledelutherie.com/articles/Violon_Indigene_QTDEC15.pdf

« À la recherche du bois de résonance » : http://www.ecolenationaledelutherie.com/articles/Bois_Resonance_QTDEC15.pdf

[1] Marie-Hélène Croisetière, « Polyphonie végétale », Quatre-Temps, Volume 39, Numéro 4 (Décembre 2015), p. 1.

[2] Binh An Vu Van, « Polyphonie végétale », Quatre-Temps, Volume 39, Numéro 4 (Décembre 2015), p.34


Andréa Turcotte
Responsable des communications et du développement - CFCMA
418 647-0567, poste 115
comments powered by Disqus