La Corse pas à pas avec Maryna

Vous avez envie de relever un tout nouveau défi, tout aussi physique que mental, tout en vous immergeant dans une nouvelle culture? La randonnée pédestre en Corse, offerte par le Bureau international du Cégep Limoilou à tous les étudiants du Collège, sera un voyage dont vous vous souviendrez longtemps, tout comme Maryna Veilleux, étudiante en diététique, qui y a pris part à l’été 2017. Voici le récit de cette expérience extraordinaire dont la jeune fille se souviendra longtemps!

« Je m’étais donné le défi personnel durant l’été d’essayer de nouvelles choses et de prendre les opportunités lorsqu’elles se présenteraient à moi. Lorsque j’ai entendu parler de ce séjour, je me suis tout de suite dit que ça pourrait être une belle expérience à essayer. De plus, je ne faisais pas de randonnée très régulièrement dans ma vie, et encore moins des aussi longues que celle que nous avons faite en Corse, donc c’était un nouveau défi pour moi.

Nous avons eu une préparation d’environ 10 mois avant le départ en Corse, ce qui nous a permis d’avoir le temps de recueillir l’argent nécessaire pour le voyage, de nous procurer tout le matériel recommandé et aussi le temps de nous préparer physiquement aux montagnes de la Corse. Nous nous sommes entrainés à plusieurs reprises en groupe, mais il était aussi nécessaire de mettre du temps chacun de notre côté pour notre entraînement personnel. Ces entraînements ainsi que les cours d’éducation physique que nous avions toutes les semaines, nous ont permis d’améliorer notre forme physique, mais ils nous ont surtout permis d’apprendre à tous nous connaître pour former un groupe plus uni.

Avant le grand départ, j’étais très excitée. C’était un peu stressant, car en fin de compte, ton seul bagage, c’est ton sac à dos. T’espères ne rien oublier, car pour trois semaines tu dois te débrouiller avec ce qui est dans ton sac, qui rappelons-le, ne doit pas peser trop lourd, car tu dois le traîner durant la randonnée.

C’est le grand départ! Arrivés à Ajaccio en Corse, nous étions tellement excités! Nous avions à peine déposé nos sacs que nous étions en route pour la plage. Par la suite, nous nous sommes rendus à Vizzavona en train. On s’est tous couchés tôt ce soir-là, car le GR20, le sentier de randonnée, commençait le lendemain matin.

Nous nous sommes donc réveillés vers 5 h du matin, nous avons déjeuné au camping, refait nos sacs et nous avons commencé notre marche. Au premier jour du GR20, nous sommes partis de Vizzavona jusqu’à Capannelle. Nous marchions chacun à notre rythme, pourvu que nous soyons en groupe d’au moins deux étudiants. À notre arrivée, nous avons monté nos tentes et avons soupé. Avant de nous coucher, nous avons fait une séance d’étirement en groupe. Nous avons préparé nos choses pour le lendemain, par exemple remplir nos sacs d’eau et préparer notre déjeuner pour que ce soit rapide le matin et nous nous sommes couchés. Ce sera partiellement notre routine pour le reste de la randonnée.

La deuxième journée de randonnée s’est faite en deux segments. L’avant-midi, nous sommes partis de Capannelle jusqu’à Col de Verde et l’après-midi nous avons poursuivi jusqu’à Prati. La randonnée de l’avant-midi se faisait plutôt bien, mais l’après-midi a été pénible (pour ma part). Cette journée-là, j’avais mal aux pieds et mon sac me blessait les hanches et les épaules puisque je n’étais pas encore habituée de le porter. Rendue au refuge cependant, toute la misère de la journée a été rapidement oubliée, car la vue était magnifique!

La troisième journée de randonnée a été pour la plupart l’une des plus difficiles. Nous sommes partis de Prati pour nous rendre à Usciolu. Les sentiers étaient de niveau plus avancé, nous avons dû à quelques reprises faire un peu d’escalade pour monter les grosses roches. Avec un sac de 35 livres sur les épaules, ce n’est pas si évident ! En apercevant le refuge par contre, même après toutes ces montées, c’est comme si je n’avais pas marché de la journée, j’ai retrouvé toute mon énergie. C’est à ce refuge que nous avons eu, selon moi, la plus belle vue sur les montagnes, puisque nous étions carrément dans les nuages.

La quatrième journée de randonnée a été une journée de repos pour nous. Nous avions seulement 10,5 km à parcourir (4 h de randonnée) pour nous rendre à la Bergerie de Basseta. Environ 30 minutes avant notre arrivée à la bergerie, il y avait une rivière où nous nous sommes tous arrêtés pour nous baigner et faire notre lavage. Nous sommes arrivés à temps à la Bergerie, car quelques minutes après, il y a eu un orage! Ce soir-là, nous avions un souper de prévu tout le groupe ensemble. C’était agréable d’être tous réunis autour d’une grande table au milieu de notre parcours du GR20.  

La cinquième journée de randonnée, nous sommes partis de Basseta pour aller à Asinao. Nous devions nous rendre jusqu’à la bergerie de Cross avant l’orage qui était prévu, car la descente que nous devions faire avant d’arriver au refuge d’Asinao était dangereuse si on la faisait sous la pluie. Certains d’entre nous sont arrivés à temps au refuge. Cependant, les deux enseignants, quatre autres étudiants et moi étions seulement rendus à entamer la descente lorsque l’orage a commencé. Nous n’avions toutefois pas le choix de continuer si nous voulions arriver au refuge. Il pleuvait des cordes pendant un moment, on était trempés et ça s’est même continué par de la grêle. Nous avons tous été corrects en fin de compte, mais ce n’était pas notre meilleure journée. Le soleil est ensuite revenu, nous avons monté les tentes et préparé le souper. Tout le monde était de bonne humeur, car en fin de compte, nous sommes tous passés au travers de cette tempête, c’était l’essentiel !

La sixième journée de randonnée a été l’une des plus agréables. Nous passions d’Asinao au Col de Bavella. Nous devions choisir si l’on passait par la version alpine ou par la version classique. Je suis passée par la version alpine. Celle-ci consistait à monter une énorme côte, la descendre et à cet endroit, nous devions monter sur une roche et nous tenir à l’aide d’une chaîne pour la monter, car celle-ci était plate et inclinée. Je ne cacherai pas que mes jambes et mes bras branlaient lorsque je suis montée, mais j’étais très fière lorsque j’ai rejoint mes amis en haut. Ensuite, nous sommes arrivés dans une petite ville où nous avons pris le temps de dîner en groupe à la petite pizzeria. Nous avons ensuite terminé la randonnée de la journée en nous rendant au refuge à Paliri. Arrivés au refuge, on a tous installé nos tentes côtes à côtes, on a soupé et assisté à l’un des plus beaux couchers de soleil que j’ai vu.

Le septième et dernier jour de randonnée a été difficile, mais très agréable. C’était le jour de notre arrivée à Conca. Cette journée a été difficile, car nous avions une descente de 1 000 mètres de dénivelé à faire. La descente n’a pas été facile, mais environ 1 h avant la fin de la randonnée, il y avait des bassins d’eau où l’on a tous pris le temps de mettre nos maillots de bain pour profiter une dernière fois de la nature du GR20. Ensuite, nous avons remis nos sacs et continué notre marche jusqu’à notre arrivée dans la ville de Conca. Nous nous sommes tous rejoint au camping La Tonnelle après la randonnée. Nous étions tout de même très fiers de ce qu’on venait d’accomplir. Environ 90 km de marche dans les montagnes, c’est quelque chose ! Et puis nous savions qu’avec la plage et les quelques jours d’activités qui nous attendaient, nos jambes écorchées ne s’en plaindraient pas trop. On s’est alors rendu dans un camping de Porto Vecchio où on a passé le reste du voyage. Au lendemain de notre arrivée, nous avons profité de la journée pour faire du lavage, un peu d’épicerie et surtout profité de la piscine du camping!

Dans les 4 jours qui ont suivi, nous avons fait de nombreuses activités afin de profiter pleinement de notre voyage. Kayak de mer, plage (dont celle de Santa Giulia, parait-il l’une des plus belles au monde), catamaran, visite de Bonifacio, jusqu’au retour à Ajaccio pour reprendre l’avion vers le Québec ou vers une autre destination européenne, pour certains qui continuaient le voyage seuls. Pour ma part, le retour s’est fait dans le silence, puisque je n’étais pas encore prête à revenir, j’avais tellement vécu de belles expériences!

Ce que j’ai le plus aimé de mon voyage, c’est de loin et sans hésitation tous les jours de la randonnée. Les points de vue étaient simplement incroyables et les paysages époustouflants. Plus les jours avançaient, plus les refuges étaient situés à des endroits formidables. C’est aussi le genre de séjour qui nous amène à dépasser largement nos limites. Mon premier conseil à un étudiant qui s’intéresserait à ce voyage serait d’ailleurs ça, de prendre l’entraînement préparatoire au sérieux, car c’est dur physiquement. Finalement, je conseille aux prochains étudiants de se préparer à être heureux, peu importe les moments difficiles du voyage. Vous allez rencontrer des gens merveilleux grâce à cette randonnée, vous allez profiter de la culture d’un autre pays, vous verrez des paysages incroyables et vous vous ferez une nouvelle famille pendant trois semaines, pour ma part parmi les plus belles semaines de ma vie! » 


Catherine Dallaire
Conseillère en communication
Direction des communications et secrétariat général
comments powered by Disqus