Chronique voyage Va voir ailleurs! - L'Italie

Drapeau de l'Italie

Que celui qui n’a jamais songé à explorer le monde nous lance la première pierre. C’est une invitation facile de la part de quelqu’un caché derrière un écran d’ordinateur, mais cela n’en reste pas moins représentatif de notre génération. 

Nous y avons tous pensé. Nous en avons tous rêvé. Mais par peur ou par ignorance, beaucoup d’entre nous n’ont pas encore osé renoncer au confort de leur chambre à coucher. Nous nous trouvons mille et une excuses, toutes moins valides les unes que les autres : l’argent, le temps, les contacts, l’âge, les occupations… Mais notre situation n’est pas une faiblesse, c’est notre force. Notre jeunesse et notre absence de responsabilité (enfants à charge, hypothèque à payer…) nous offrent la possibilité de partir sans trop de conséquences, la possibilité d’aller voir ailleurs!

Notre projet de Démarche d’intégration des acquis en sciences humaines consistait à donner envie aux jeunes de sortir de chez eux et de voyager. Nous voulions vous aider à vous épanouir et à vaincre vos craintes vis-à-vis des voyages.

Pour vous, nous avons donc rédigé trois petites chroniques, chacune sur un pays différent, pour vous faire comprendre que voyager, ce n’est pas sorcier. Ensemble, allons donc découvrir quelques ailleurs…

L’Italie

Grâce au Bureau international, plusieurs étudiants du Cégep Limoilou ont la chance de participer à un échange étudiant, et ainsi, visiter l’Italie cet été. Merci à Louka d’avoir accepté de répondre à nos questions :

    1. Pourquoi avoir choisi de participer au projet d’échange en Italie?

      Bien, l’Italie m’a toujours intéressé que ce soit par sa culture, sa langue ou son histoire. Alors il m’était presque impossible de manquer une opportunité comme cela.

    2. Comment s’est déroulée la visite des Italiens à Québec?

      C’était inoubliable! Nous sommes tombés sous le charme. Ils étaient vraiment gentils et courtois. Nous avons fait tout ce qu’on pourrait imaginer être « ’full québécois »’, alors c’était plaisant de redécouvrir la beauté de notre culture dans les yeux d’étrangers qu’on a appris à connaître.

    3. Quand partez-vous et pour combien de temps?

      Nous partons le 28 de mai, et ce, pour une durée de 2 semaines. Pour ma part, j’ai décidé de prolonger mon séjour d’une semaine pour vivre l’expérience italienne à son maximum!

    4. Est-ce votre premier voyage?

      Non, ce n’est pas mon premier voyage. Je suis déjà allé en Floride, à New York, à l’île du Prince-Édouard et en République dominicaine auparavant.

    5. Comment vous êtes-vous préparé à ce voyage? Avez-vous des conseils à nous donner?

      Bien, ce sont les procédures habituelles, sauf que cette fois-ci, je me suis penché un peu plus sur la langue et les expressions qui me seront utiles. Le seul conseil que je vous donnerais ce serait d’être sûr d’avoir tout en main lors de votre départ et de vous assurer que vous n’apportez aucun truc inutile. Cela coûte cher de ne pas prévoir les billets de train, les endroits pour dormir ou les différentes façons de payer, les problèmes peuvent arriver très vites.

    6. Qu’est-ce que vous attendez le plus de ce voyage?

      Tout. J’attends tout simplement ce moment depuis le début et je n’en peux plus d’attendre. C’est la fin de session en ce moment et c’est encore plus pire, puisque je me dis qu’on va visiter tant de belles places après le Cégep. J’attends l’expérience et l’amour d’un pays magnifique!

    7. Quoi de plus romantique qu’un tour de gondole, un splendide chanteur Italien à bord et, pourquoi pas, un bon vin pour agrémenter la soirée?

      Ça, c’est Venise, c’est l’Italie que l’on nous présente dans les films et les publicités… Mais soyons un peu réalistes : si vous n’êtes pas une quinquagénaire, préférablement divorcée, ce n’est probablement pas une activité pour vous. Certes, l’Italie est une destination dispendieuse, mais pas inaccessible si vous faites les bons choix. Les pizzas, les pastas, le café, la musique, l’ambiance, le rêve sont à votre portée, il ne suffit que de tendre la main. Oh, et si vous avez peur de vous y faire arnaquer, sachez que la profession de « charlatan » y est totalement interdite…

Les préparatifs

Tout d’abord, il faut savoir que pour aller en Italie il est essentiel de posséder un passeport qui sera valide jusqu’à trois mois après la date prévue du retour. Cependant, il n’est pas nécessaire de posséder un visa de tourisme pour les séjours de moins de 90 jours.

D’un point de vue économique, il faut compter au moins 3 000 $ pour l’avion, l’hébergement (sauf si vous vous risquez à recevoir des contraventions pour avoir dormi sous un pont) et le transport interne (voiture, train, scooter) pour plus ou moins 15 jours de voyage à travers l’Italie. Pour le reste, cela dépend beaucoup de vos activités, mais si vous désirez être économique, faites-vous un itinéraire avant de partir, et suivez-le. Évidemment, si vous n’en êtes pas à votre premier voyage et que vous avez un horaire plutôt flexible, il arrive que l’on puisse épargner en prenant un billet aller de dernière minute, puis en achetant un billet retour, de dernière minute une fois là-bas, mais c’est un peu plus risqué.

Aussi, n’oubliez pas de planifier vos valises en fonction de la température, et donc de la saison. Il ne fait pas très froid en Italie avec des minimums moyens de 0° en hiver, mais il faut prévoir la pluie, le soleil, les canicules… tout en restant léger. Pensez à porter des souliers confortables et n’oubliez pas non plus vos produits d’hygiène personnelle (si vous êtes une fille, acheter vous un peu de shampoing sec en poudre, vous apprécierez sûrement), crème solaire et surtout, pensez à vous acheter un adaptateur pour convertir vos prises de courant. L’on ne se mentira pas, je sais que vous être accro à vos cellulaires, tablettes ou mp3 et que vous allez faire une crise de nerfs si vous ne pouvez pas les recharger… Mais du calme, si vous oubliez, vous pourrez probablement vous en procurer un à l’aéroport.

Où aller

D’abord, l’Italie est un pays magnifique et l’activité la moins dispendieuse est assurément de se balader en observant ce site archéologique à ciel ouvert, mais ça vous n’avez pas besoin de moi pour vous le dire. Notez cependant que pour vos repas, et même votre plaisir, n’ayez pas peur de sortir des quartiers touristiques et de vous aventurer dans des secteurs plus simples. Vous y serez très bien reçu, pour un moindre coût. Mais, voici un petit aperçu d’attractions « classiques », à bas prix, que vous pouvez faire en Italie :

À Rome

Le Colisée de Rome
Le Colisée de Rome, le Forum Romain et le Palatin

Il est presque impensable d’aller à Rome sans visiter son très célèbre Colisée, mais méfiez-vous, ces heures d’ouverture sont plutôt restreintes soit de 8 h 30 à 1 h avant le coucher du soleil (16 h 30 en hiver et 18 h 30 en été).

Le billet d’entrée est commun aux trois attractions et coûte 12 € (16 $) et il est valide pour 2 jours.

Le Vatican
Le Vatican

Il n’y a pas que les pèlerins qui vont au Vatican. Avec ces beautés architecturales plusieurs fois centenaires, le plus petit État du monde vaut certainement le détour.

Plus dispendieux que l’activité précédente, il vous faudra débourser 28,50 € (38 $) pour avoir accès aux musées du Vatican et à la chapelle Sixtine. Prévoyez au minimum une demi-journée pour visiter.

Aussi, plusieurs sites offrent d’acheter vos billets en ligne… Si vous n’êtes pas du genre à tout perdre, c’est une excellente initiative!

À Venise

À Venise, c’est le romantisme qui prône. Pas besoin de dépenser des fortunes pour acheter du rêve… Ouvrez simplement vos yeux.

Le Grand Canal 

Les tours de gondoles sont, certes, très dispendieuses avec un tarif presque absurde de 80 € (105 $) pour 30 minutes, le jour et 100 € (132 $) pour 35 minutes la nuit, mais personne n’a dit qu’il nous était interdit de s’y rendre malgré tout. Vous pouvez le longer à pied sans frais, ou vous payer le transport en Vaporetto (bateau public) pour 7 € (9,25 $) de l’heure ou 20 € (26,40 $) pour la journée. Attention cependant au prix des restaurants attrape-touriste!

À Vérone

Le balcon de Juliette 

Parce que je suis une éternelle romantique, je ne pouvais vous parler de l’Italie sans mentionner Shakespeare. Ainsi, pour seulement 3 €, vous pouvez vous rendre à l’attrape touriste que représente le balcon de Juliette, emblème intemporel des amours tragiques.

Encadré par le Bureau international du Cégep Limoilou 


Géraldine Mathieu-Lafleur et Jennifer Bouffard
Étudiantes
Sciences humaines
comments powered by Disqus