L'éducation, une priorité du gouvernement?

Lettre d'opinion - Avec le dépôt du budget s’abat une compression additionnelle de 40 M$ destinée au réseau collégial. Mine de rien, il s'agit de la 7e en quatre ans, soit 109 M$ en moins. Au-delà de ces chiffres, quels seront les impacts pour les cégeps du Québec, les milliers de jeunes qu'ils forment chaque année, le marché du travail et la société québécoise?

Les cégeps sont responsables du développement des générations actuelles et futures. Le gouvernement le reconnaît volontiers sur la place publique, sans leur donner les moyens de mener à bien cette mission structurante. Il s’agit pourtant de la vision du développement du Québec, de son tissu social et intellectuel, de sa capacité d’innover et d’entreprendre. Quels choix le gouvernement est-il en train de faire pour assurer la pérennité de sa société et de son économie?

Depuis plus de 20 ans, et quel que soit le gouvernement, nous assistons à l’alternance compression-réinvestissement, ce dernier intervenant souvent à la veille des élections. Comment planifier le développement du savoir et contribuer à celui de notre société si on ne peut qu’avoir une vision à très court terme?

Devant ces coupes répétées et critiques pour l’enseignement collégial, nous sommes très inquiets. Avec ces compressions additionnelles vient aussi la commande de faire beaucoup avec peu et de faire encore mieux avec moins et ce, sans toucher aux services aux étudiants, à leur qualité et leur accessibilité. Disons-nous-le franchement, 109 M$ en moins plus tard, nous avons déjà diminué des services aux étudiants et nous devrons encore le faire. Avec les coupes de 2011 à 2014, nous avons atteint l’os. En 2015, nous amputerons. Qui seront les victimes? L'établissement qui doit restreindre ses services ou le jeune qui n'y aura plus droit?

Les cégeps de Québec ne baissent pas les bras, car ils ont à coeur leur mission éducative et citoyenne, malgré les gouvernements qui font la sourde oreille depuis trop longtemps. La preuve en est maintenant faite, les cégeps contribuent significativement à l'avancement de notre société ainsi qu’à son développement économique et social en formant des jeunes intelligents, qualifiés, ouverts sur le monde, passionnés...

Nous sonnons une fois de plus l'alarme : considérer l'enseignement collégial comme un poste budgétaire comporte des risques périlleux pour les jeunes, les entreprises et la société.

Edward Berryman, directeur du campus – Cégep Champlain St. Lawrence
Louis Grou, directeur général - Cégep Limoilou
Carole Lavoie, directrice générale - Cégep de Ste-Foy
Denise Trudeau, directrice générale - Cégep Garneau

Source
Thérèse Lafleur
Conseillère en communication
Direction des communications et secrétariat général
Campus de Québec
418 647-6600 #6863, local 1550
comments powered by Disqus